L’iPad : pour quoi faire ?

Cette question, je me la pose beaucoup en ce moment, avec la sortie du nouvel iPad. En fonction de mes besoins, en quoi une tablette peut-elle m’être utile ? Quelle serait son utilité, autant au niveau des usages que j’ai actuellement avec mon MacBook Pro que les nouveaux qui pourraient découler d’une telle acquisition ? Et quelles limites vois-je déjà ?

Le nouvel iPad
Le nouvel iPad - ©Apple

Nouveaux usages

Lecture

Le nouvel iPad possède un écran de très haute résolution. En revanche, je pense que la lecture sur écran lumineux est moins agréable que sur une liseuse comme le Kobo (Fnac) ou le Kindle (Amazon), car l’écran fatigue les yeux (à charge au lecteur de bien régler la luminosité de l’écran), mais la nouvelle précision apportée par l’écran doit relativement améliorer le confort de lecture. L’avantage réside aussi dans le fait qu’il est possible de lire dans des conditions de faible luminosité, en revanche impossible avec un beau soleil !

Sinon la lecture est bien sûr conditionnée à l’acquisition de livre numérique. Ce n’est pas encore un marché très bien développé, et je dois avouer que je préfère encore le contact du papier pour lire un roman. Par contre, je vois deux cas de figures très intéressants pour moi. En premier, pour lire des livres gratuits : de grands classiques sont maintenant facilement disponibles et je serais ravi de pouvoir les découvrir ou redécouvrir. En second, moi qui consulte énormément d’articles scientifiques, et qui manque toujours de place pour les prendre avec moi, je pourrais les compiler sur la tablette pour les étudier. L’avantage introduit par l’outil numérique sur la lecture est un plus indéniable dans ce domaine (car permet de naviguer facilement dans le document).

L'iPad en position "écran" avec la Smart Cover
L'iPad en position "écran" avec la Smart Cover - ©Apple

Jeux

Je ne suis pas grand joueur, en plus d’être relativement mauvais. Mais je pense que comme l’iPhone ou l’iPod Touch, l’iPad est capable de devenir une console de jeux. Alors, pas forcément des jeux d’action, mais tout autre type de jeux (simulation, réflexion, etc.). La présence dans l’AppStore d’une multitude de jeux permet d’envisager en trouver quelques uns capables de plaire afin d’initier ce nouvel usage.

Changements d’usages

L’acquisition d’un iPad ou autre tablette motiverait surtout certains changements des usages chez moi, pour l’instant comblés soit par le MacBook Pro, soit par l’iPhone.

Films

Comme pour les livres en déplacement, je regarde souvent des films en VO quand je suis dans le train, que je charge en mémoire. Actuellement je les regarde sur mon téléphone : l’écran est petit, c’est assez inconfortable pour lire les sous-titres ou simplement être plongé dans les films. L’iPad joue ici son principal atout : sa taille, qui rendra ainsi plus confortable la lecture de film et sa grande autonomie, qui permet de traverser une bonne partie de la France sans y penser.

Mail sur iPad
Application Mail sur iPad ©Apple

Usage du web

L’utilisation classique d’une tablette réside dans son intégration au monde du web dont les outils de base sont la navigation et la lecture de mail. Actuellement j’ai deux solutions : soit je travaille sur mon téléphone, ce qui suffit pour des messages court, soit je sors mon MacBook Pro, pratique pour écrire mais pas dans le train à cause du manque de place. Sans compter le temps de démarrage, quand même long pour juste répondre à un mail. La tablette type iPad ne permet pas de tout faire, mais offre la possibilité d’écrire efficacement un long mail avec un clavier plus pratique et de relire confortablement.

Rédaction en situation de mobilité

Il m’arrive régulièrement de taper des brouillons dans le train. Je fais rarement des documents finaux, mais c’est plutôt du travail qui sera ensuite repris ou mis en forme plus tard. Des suites bureautiques existent sur iPad, notamment Pages, qui permet de travailler avec des documents de type Word. N’étant pas un fan du tactile pour le moment, pour un usage de rédaction, il me semble intéressant d’utiliser un clavier sans fil type Apple, très fin et facilement transportable. De plus, avec la Smart Cover, la tablette peut être facilement positionnée pour servir d’écran.

Pages sur iPad
Application Pages sur iPad - ©Apple

Projection de diaporama

N’oublions pas que dans des situations d’extrêmes mobilités, comme pour assurer une présentation en mode conférence, il faut aller brancher sa machine pour lancer la projection. Non pas que cela soit compliqué, mais se frayer un chemin avec un ordinateur à la main et rapidement lancer sa présentation peut entrainer une situation de stress, même si je dois avouer que je n’ai jamais eu de problème avec le MacBook Pro. Alors l’iPad pourrait-il être une solution ? Il peut être branché à un vidéoprojecteur et lire un diaporama. Ainsi, la seule chose à faire serait-elle de venir au bureau et de juste connecter son iPad ? Cet usage, certes non quotidien, serait un petit plus très appréciable.

Les limites

Je ne vais pas tergiverser, les limites évidentes que je vois vite et assez particulières :

  • une tablette n’est pas un ordinateur, d’où une certaine rigidité d’usage (mais c’est ce qui lui permet d’être efficace sur ce qu’elle sait faire) ;
  • je travaille beaucoup avec LaTeX pour la rédaction d’article ou la préparation de présentation, ce qui n’est pas évident avec l’iPad ;
  • le manque de connectique, ou plutôt le besoin d’acheter tout un tas d’adaptateurs pour retrouver les connexions présentes chez la concurrence.
L'iPad et la Smart Cover
L'iPad et la Smart Cover - ©Apple

Conclusion

Je viens de faire un travail d’introspection sur l’utilité qu’un iPad peut avoir pour une personne lambda tel que votre rédacteur, ce qui ne correspond absolument pas à tous les usages qui peuvent exister. Par exemple : prenons le cas d’un enseignant. Celui qui s’occupe de jeunes ingénieurs en informatique, qui gère plusieurs groupes de TD/TP, et qui se promène souvent parmi les élèves. Oui, ça sent le vécu. Admettons qu’actuellement, ce jeune prof. dynamique, et par ailleurs très présent, en circulant dans la salle, a deux méthodes pour montrer des documents aux élèves et livrer des explications concrètes : soit trainer son gros MacBook Pro partout alors qu’il n’y a pas de place pour le poser, soit utiliser une liasse de documents, qui sera pliée et froissée en quelques minutes sans compter le côté environnemental qui en pâtit et le temps de recherche parmi les bouts de papiers. Et oui, dans ce cas, l’iPad ou tout autre tablette permettrait de charger les quelques fichiers PDF utiles, et ainsi circuler librement durant le cours. Tout en gardant la possibilité de charger rapidement une page web pour un complément d’information (accéder au cours en ligne).

Ainsi l’iPad peut probablement introduire une foule de nouveaux usages, qui dépendront de toute façon de la personne. Une autre chose qu’il faut savoir : certaines personnes choisissent une tablette pour de mauvaises raisons, et cède sous la pression marketing. Finalement, le but de cet article n’est pas tant vous laissez une trace de ma réflexion que de moi même faire ce travail d’étude d’utilité de la tablette pour mon propre cas d’utilisation et ainsi relativiser mon intérêt à prendre une tablette, outre l’aspect geek attirant de ce genre de produit.